Accueil Cinéma Gessica Généus, avec son film Fréda, remporte le prix Étalon d’argent

Gessica Généus, avec son film Fréda, remporte le prix Étalon d’argent

par Dimitri S. François
Gessica Généus, avec son film Fréda, remporte le prix Étalon d’argent

La réalisatrice haïtienne Gessica Généus a remporté, samedi 23 octobre, l’Etalon d’argent de Yennenga du 27e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) pour son premier long-métrage Fréda.

C’est un film plein d’humanité, qui nous emmène – à travers des personnages attachants et complexes – au cœur des revendications, des espoirs et des déceptions de la jeunesse haïtienne.

Que signifie être Haïtien aujourd’hui ? Quelle place pour le français et le créole ? Faut-il renier ou dépasser l’héritage colonial ? Faut-il rester et tenter de s’en sortir, et si oui comment ?

Toutes ces questions, Gessica Généus les pose et les expose dans « Fréda », son 1er long-métrage de fiction pour le cinéma. Il a déjà reçu la mention spéciale Découverte du Prix François-Chalais, lors du dernier Festival de Cannes où il était en compétition dans la section « Un certain regard ».  Le film a également remporté le prix du son.

Il est sorti mercredi 13 octobre sur les écrans français.

Qui est Gessica Généus : son parcours, ses exploits

Gessica Généus débute sa carrière de comédienne à 17 ans avec le long-métrage Barikad, de Richard Sénécal. Elle a joué dans le téléfilm consacré à Toussaint L’ouverture, réalisé par Philippe Niang. En 2011, elle décroche une bourse d’étude à l’Acting international de Paris. De retour en Haïti, elle crée sa société de production, Ayizian Productions, afin de développer ses propres réalisations. Entre 2014 et 2016, elle réalise Vizaj Nou, une série de films documentaires d’une quinzaine de minutes. En 2017, elle réalise Douvan jou ka lévé. Ce film remporte sept prix et continue de faire l’objet de nombreuses productions dans le monde entier.

allocine
Fréda, son premier long métrage de fiction pour le cinéma, en sélection officielle, Un certain regard, au festival de Cannes 2021 / AlloCiné

La réalisatrice haïtienne Gessica Généus a bouleversé Cannes avec deux héroïnes résilientes, Fréda et Esther, inspirées de sa vie mais, aussi, de déesses vaudou.

Fréda habite avec sa mère et sa sœur dans un quartier populaire de Port-au-Prince. Face aux défis du quotidien en Haïti, elles se demandent si elles doivent partir ou rester. Mais Fréda veut croire en l’avenir de son pays.

Fréda dresse le portrait émouvant de deux sœurs haïtiennes belles, éduquées. Fréda l’étudiante en anthropologie (Néhémie Bastien) et sa sœur chanteuse Esther (Djanaïna François) parient sur l’avenir. Leur mère Jeannette (Fabiola Rémy) ne rentre que de très maigres revenus de sa modeste épicerie et voudrait les voir mariées. Durant la période de la fête des morts très intense en Haïti (1er novembre), ces trois femmes sont confrontées à la précarité et à la violence partout autour d’elles.

Une histoire avec en son centre Haïti, loin des clichés.

Ainsi, dans un pays secoué par des manifestations et des guerres de gangs quasi permanents, le spectateur découvre une réalité incontrôlable où, au jour le jour, chacun se bat avec les démons du passé, du présent et d’un futur plus que brumeux.

Source : 

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.