fbpx
Accueil Actualités Miriam Makeba, Mama Afrika, Militante des droits civiques Sud-Africainne

Miriam Makeba, Mama Afrika, Militante des droits civiques Sud-Africainne

par Jamy Louis-Jeune
Miriam makeba

Miriam Makeba, née le 4 mars 1932 à Johannesbourg en Afrique du Sud et morte le 9 novembre 2008 à Castel Volturno en Italie, est une chanteuse d’ethno-jazz et une militante politique sud-africaine, naturalisée guinéenne dans les années 1960 ainsi qu’algérienne en 1972.

Elle est parfois surnommée « Mama Afrika » et son nom complet est Zenzile Makeba Qgwashu Nguvama. Contrainte à l’exil pendant une trentaine d’années, elle parcourt le monde et multiplie les succès musicaux. Elle devient surtout une des voix contre l’apartheid et pour la fierté du continent africain. Elle rentre en Afrique du Sud en 1990.

MIRIAM

Enfance et famille

La mère de Makeba était une sangoma, ou une praticienne de la phytothérapie, de la divination et du conseil dans les sociétés traditionnelles zoulou, xhosa, ndebele et swazi (nguni) d’Afrique australe. Son père est mort quand elle avait cinq ans, Miriam a été envoyée vivre avec sa grand-mère dans un complexe à Riverside, Pretoria.

Dès son plus jeune âge, Makeba adorait chanter à l’église et interpréta son premier solo lors de la visite royale de 1947. Miriam a commencé sa vie professionnelle en aidant sa mère à nettoyer les maisons. Dans les années 1950, elle vivait à Sophiatown alors que c’était un endroit animé et l’un des rares endroits où toutes les races pouvaient se mélanger. C’était la scène de la musique kwela, du marabi et du jazz africain et la musique du big band est devenue populaire.

Carrière

Miriam Makeba a commencé sa carrière musicale en chantant pour le groupe de son cousin, les Cuban Brothers, mais ce n’est que lorsqu’elle a commencé à chanter pour les Manhattan Brothers en 1954 qu’elle a commencé à se forger une réputation. Elle a fait des tournées en Afrique du Sud, au Zimbabwe (ancienne Rhodésie) et au Congo avec le groupe jusqu’en 1957. Après Makeba a chanté pour le groupe entièrement féminin, les Skylarks, qui combinait jazz et mélodies traditionnelles africaines.

Les apparitions de Makeba dans les films Come Back Africa (1957) et en tant que rôle principal féminin dans King Kong (1959) de Todd Matshikiza ont consolidé sa réputation dans l’industrie de la musique tant au niveau local qu’à l’étranger. Elle épousa plus tard sa co-star de King Kong, Hugh Masekela, en 1964.

Le calypsonien Harry Belafonte la prit sous son aile et la guida à travers ses premiers enregistrements en solo. Des standards africains tels que Pata Pata et le Click Song, qu’elle a interprétée pour la première fois avec les Skylarks, ont constitué la base de son répertoire et sont restés les chansons les plus populaires tout au long de sa carrière. Peu de temps après le massacre de Sharpeville en 1960, Miriam a appris que sa mère était décédée, mais son propre passeport sud-africain avait été révoqué et elle a été empêchée de rentrer chez elle pour les funérailles. Ainsi commença 30 ans d’exil.

Au cours de ses premières années aux États-Unis, Makeba avait rarement chanté de la musique explicitement politique, mais sa popularité avait conduit à une prise de conscience accrue de l’apartheid et du mouvement anti-apartheid. Suite aux meurtres de Sharpeville, Makeba s’est sentie responsable d’aider, car elle avait pu quitter le pays alors que d’autres ne l’avaient pas fait. À partir de ce moment, elle est devenue une critique de plus en plus ouverte de l’apartheid et du gouvernement de la minorité blanche; avant le massacre, elle avait pris soin d’éviter les déclarations ouvertement politiques en Afrique du Sud.

Son premier retour sur le continent africain est venu avec une visite au Kenya en 1962. L’année suivante, elle a donné le premier de plusieurs discours au comité spécial des Nations Unies sur l’apartheid, et l’Afrique du Sud lui a rendu la pareille en interdisant ses disques. Peu de temps après, elle était la seule interprète à être invitée par l’empereur éthiopien Haile Selassie à se produire à Addis-Abeba lors de l’inauguration de l’Organisation de l’unité africaine.

De plus en plus impliquée et identifiée à la conscience noire, Miriam est devenue associée à une activité radicale non seulement contre l’apartheid mais aussi dans le mouvement des droits civiques et ensuite le pouvoir noir. En 1967, alors qu’elle était en Guinée, elle rencontra le leader des Black Panther Stokely Carmichael, qui devint son prochain mari l’année suivante.

Son marriage a conduit au déclin de sa carrière aux États-Unis. Elle a déménagé avec Carmichael en Afrique, s’est installée en Guinée, puis a déménagé en Belgique, continuant d’enregistrer et de tourner en Afrique et en Europe.

Son autobiographie, Makeba: My Story (co-écrit avec James Hall), parut en 1988. En 1990, l’activiste noir sud-africain Nelson Mandela, qui venait juste d’être libéré de son emprisonnement prolongé, encouragea Makeba à retourner en Afrique du Sud, et elle s’y produisit en 1991 pour la première fois depuis son exil.

Makeba a reçu des doctorats honorifiques d’institutions académiques locales et internationales. La ville de Berkeley a proclamé le 16 juin le jour de Miriam Makeba et elle a reçu la plus haute décoration de Tunisie. En 1999, Nelson Mandela lui a remis le prix présidentiel.

En 2005, Makeba a annoncé sa retraite pour l’industrie de la musique grand public, mais elle a continué à faire des apparitions et à faire de plus petites performances.

Makeba a poursuivi son travail humanitaire à travers sa Fondation Zenzile Miriam Makeba, y compris le Centre de réadaptation Miriam Makeba pour les filles maltraitées. Elle a également soutenu des campagnes contre l’abus des drogues et la sensibilisation au VIH / sida. En outre, elle est apparue en tant qu’ambassadrice de bonne volonté du président Mbeki auprès de l’ONU.

Makeba est décédé en 2008, à l’âge de 76 ans, après avoir été victime d’une crise cardiaque après une représentation de 30 minutes lors d’un concert pour Roberto Saviano près de la ville de Caserta, dans le sud de l’Italie.

Makeba 1
ORG XMIT: NAP151 Miriam Makeba, the South African singer known to fans worldwide as «Mama Africa», sings during her last concert in Castel Volturno, southern Italy, late Sunday night, Nov. 9, 2008. According to the Pineta Grande clinic in Castel Volturno Makeba died of a heart attack, after collapsing during her concert. She was 76. (AP Photo/Salvatore Laporta)

Prix ​​et reconnaissance

La collaboration de Makeba en 1965 avec Harry Belafonte a remporté un Grammy Award, faisant d’elle la première artiste africaine à remporter ce prix. Makeba a partagé le prix de musique polaire 2001 avec Sofia Gubaidulina. Ils ont reçu leur prix de Carl XVI Gustaf, le roi de Suède, lors d’une cérémonie télévisée à l’échelle nationale à Berwaldhallen, Stockholm, le 27 mai 2002.

Makeba a remporté le prix Dag Hammarskjöld pour la paix en 1986, et en 2001 a reçu la médaille Otto Hahn de la paix en or par l’Association des Nations Unies d’Allemagne (DGVN) à Berlin, « pour des services exceptionnels à la paix et à la compréhension internationale ». Elle a également reçu plusieurs doctorats honorifiques. En 2004, elle a été élue 38e dans un sondage classant 100 Grands Sud-Africains.

Mama Africa, une comédie musicale sur Makeba, a été produite en Afrique du Sud par Niyi Coker. Initialement intitulée Zenzi!, La comédie musicale a été créée devant un public à guichets fermés au Cap le 26 mai 2016. Elle a été jouée aux États-Unis à St. Louis, Missouri et au Skirball Center for the Performing Arts de New York entre octobre et Décembre 2016. La comédie musicale est retournée en Afrique du Sud en février 2017 pour ce qui aurait été le 85e anniversaire de Makeba.

Du 25 au 27 septembre 2009, une émission de télévision hommage à Makeba intitulée Hommage à Miriam Makeba et organisée par l’auteure-compositrice-interprète et militante béninoise Angélique Kidjo, s’est tenue au Cirque d’hiver à Paris. Le spectacle a été présenté comme Mama Africa: Celebrating Miriam Makeba au Barbican à Londres le 21 novembre 2009.

Un film documentaire intitulé Mama Africa, sur la vie de Makeba, co-écrit et réalisé par le réalisateur finlandais Mika Kaurismäki, est sorti en 2011. Le 4 mars 2013, et à nouveau lors de la Journée internationale de la femme en 2017, Google l’a honorée avec un Google Doodle sur sa page d’accueil. En 2014, elle a été honorée (avec Nelson Mandela, Albertina Sisulu et Steve Biko) dans la ville belge de Gand, qui a donné son nom à une place, la «Miriam Makebaplein».

Sources

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous voulons nous assurer que vous validez ce fait, Sinon, vous pouvez vous désabonner à tout moment. Accepter En Savoir Plus