fbpx
Accueil Mots et Vie Dépression Post-Partum: Un tabou trop silencieux

Dépression Post-Partum: Un tabou trop silencieux

par FindAfro
Dépression post-partum ou dépression Après Grossesse Un tabou trop silencieux

(Dépression Post-Partum) Après la naissance,  certaines femmes expérimentent des sentiments de profondes tristesses, de peur,  de fatigue, d’envie de pleurer sans raison qu’on désigne parfois en anglais sous le terme de « baby blues » , en français de « dépression post-partum » et en créole haïtien par l’expression « lèt monte nan tèt ».

Avec l’anxiété, la dépression est la plus répandue des troubles de l’humeur. La dépression est aussi le trouble psychologique qui a connu le plus grand boom ces dernières années, au point que la consommation d’antidépresseurs a explosé. Le trouble dépressif caractérisé touche tous les âges de la vie. Il concerne environ 15 à 20% de la population générale, sur la vie entière. Lire l’article sur la dépression et ses causes

Lire Aussi

Beaucoup de changement s’opèrent dans le corps d’une femme enceinte : changement physique, émotionnel, psychologique et hormonal. Mais de plus, des changements s’opèrent au-delà de son corps, dans son milieu environnant par sa relation avec sa famille, son conjoint, ses amis, son milieu de travail…Tous ces changements peuvent avoir un impact positif ou négatif sur la vie de la femme enceinte ou de la future maman

Dépression post-partum Un tabou trop silencieux

Différence entre « baby blues » et « dépression post-partum »

Le baby blues concerne 3 à 8 femmes sur 10 après l’accouchement et peut durer de quelques heures à 15 jours. La moyenne se situe autour de 3 à 6 jours après accouchement. La « dépression post-partum » (DPP)  touche 7% de femmes après accouchement et est plus longue. Ce serait en quelque sorte le baby blues qui cède place à la dépression post-partum et peut durer jusqu’à 3 mois après accouchement.

La dépression post-partum: un phénomène souvent mal compris

Dans la culture populaire haïtienne, ce phénomène est souvent mal compris et est associé à un mauvais sort dont les symptômes seraient provoqués par la montée du lait dans la tête d’où l’appellation « lèt monte nan tèt ». Mais en médecine les symptômes présentés sont ceux de la dépression post-partum.

Les causes possibles de la dépression post grossesse

 Le mécanisme d’apparition de la DPP n’est pas bien connu jusqu’à présent. Toutefois certains facteurs contribueraient à l’apparition des symptômes. Parmi lesquels :

  • Facteur psychologique : Des antécédents de dépression et d’anxiété, histoire d’abus sexuel, le refus certaine fois par la mère du sexe de son bébé ou d’un bébé de viol, des problèmes financiers
  • Facteur biologique : les modifications hormonales engendrées par l’état de grossesse, les accouchements à risque(césarienne) , mettre au monde un bébé prématuré, avoir un taux faible d’hémoglobine.
  • Facteur social : manque de support du conjoint ou/et de la famille, conflits conjugaux, non acceptation de son corps de mère
  • Habitude de vie : mauvaise alimentation durant la grossesse et après, manque de sommeil, absence d’exercice physique

Les symptômes de la dépression post-partum

Les signes et les symptômes de dépression post-partum varient d’une personne à l’autre. S’ils sont ceux de toute dépression en général, les symptômes de la DDP ont la particularité d’être toujours associés au bébé.

  • Perte d’appétit
  • Insomnie
  • Fatigue constante
  • Sensation d’être une mère incompétente
  • Envie constante de pleurer
  • Profonde tristesse
  • Sensation d’être incomprise
  • Angoisse
  • Idées suicidaires
  • Manque d’intérêt pour le nouveau-né ou préoccupation excessive de celui-ci
  • Perte de concentration

Prévention Et Recommandations

La dépression post-partum n’est pas un passage obligé. Des préventions permettraient de la gérer ou mieux de l’écarter. Il est donc conseiller pour toutes femmes enceintes d’avoir une alimentation saine et équilibrée, avec une bonne supplémentation en fer. Il est aussi conseiller de faire des exercices quotidiens avec modération et tant que possible se détendre. Un soutien de son entourage (conjoint, famille, amis…) est fortement recommandé.

Prise En Charge Et Traitement

Si malgré toutes les recommandations, la dépression post-partum va au-delà de 2 à 8 semaines, il faut consulter un médecin pour un traitement approprié. Ce traitement inclurait des antidépresseurs que le médecin seul peut prescrire parce qu’ils peuvent être dangereux pour la santé du bébé s’ils ne sont pas pris sous contrôle. Certaines fois la malade peut être référée à un spécialiste de la santé mentale un psychologue ou un psychiatre pour une prise en charge plus poussée.

La Dépression du post-partum  n’a pas de conséquences uniquement pour la mère. Elle peut aussi affectée le père en devenant une situation stressante pour ce dernier qui présentera des signes de dépression lui aussi. Le bébé de son côté sera très affecté. Ses manifestations sont très variées : il va pleurer sans cesse, refuser de manger, ne pas pouvoir dormir. Un peu plus tard, il pourrait avoir un retard dans l’apprentissage du langage, des troubles émotionnels…

Kens Wisbert Raymond
Étudiant en 3ème  année de médecine, à Undh-Fmss
Sponsorisé par Go Ed

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous voulons nous assurer que vous validez ce fait, Sinon, vous pouvez vous désabonner à tout moment. Accepter En Savoir Plus